Soutenance de thèse

Migrations et devenir démographique en Sibérie. Une approche à partir de cas régionaux

Résumé

La démographie de l’espace sibérien constitue le cadre général de cette étude. L’analyse se concentre sur les processus migratoires et sur le rôle qu’ils jouent dans le peuplement et le dépeuplement de l’Est de la Russie. Si les statistiques officielles nous permettent de saisir à diverses échelles géographiques les tendances principales, plusieurs enquêtes de terrain, qualitatives et quantitatives sont au cœur de ce travail, menées dans deux régions de l’Est russe : le kraï de Krasnoïarsk et l’oblast de l’Amour, auprès de la population générale et d’un échantillon de migrants présents dans les deux régions d’étude et originaires d’Ukraine, d’Arménie, d’Azerbaïdjan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Chine. Après avoir précisé les flux migratoires intrarégionaux, le processus d’exode rural, le déclin des villes secondaires et la forte attractivité des capitales régionales, l’étude portant sur l’échantillon de migrants met l’accent sur la distinction entre les temporaires et permanents, en tenant toutefois compte de l’impossibilité d’appliquer strictement un classement binaire à un phénomène complexe et fluide. Nous identifions différentes stratégies migratoires, indépendantes des statuts légaux accordés aux migrants en Russie. En tenant compte des intentions exprimées par les répondants, on est par ailleurs en mesure d’estimer le degré de conversion des temporaires en permanents, le pourcentage des étrangers ayant l’intention de s’installer à long terme en Russie et, en définitive, l’apport de l’immigration à la population des deux régions. A l’issue de cette recherche les projections démographiques permettent de réfléchir aux conséquences démographiques de différents contextes économiques et sociopolitiques de la Russie. La démarche fait ressortir une fois encore l’importance du facteur migratoire pour le devenir démographique de la Russie, ainsi que la nécessité d’un nouveau développement de l’attractivité des régions périphériques et de la Sibérie en général. Nous développons en conclusion une réflexion sur les conditions permettant un apport positif de la migration à l’économie et à la démographie sibérienne : favoriser la mobilité temporaire et à courte distance pour freiner la migration permanente de l’Est vers l’Ouest, améliorer le potentiel d’attraction des régions sibériennes en menant un réel processus de décentralisation politique et économique. Un tel processus n’est pas d’actualité, mais pourrait prendre place à moyen ou long terme.

Jury

  • M. Alain Blum (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Françoise Daucé, EHESS
  • Mme Ekaterina Demintseva, Haut-Collège d’Economie, Moscou
  • M. Michel Guillot, INED
  • Mme Cécile Lefèvre, Université Paris Descartes
  • M. Mikhail Rozhanski, Institut indépendant de sciences sociales (IRKOUTSK)

Informations pratiques

Date(s)
  • Mardi 18 décembre 2018 - 14:00
Lieu(x)
  • INED (salle 111), 133 boulevard Davout 75020 Paris