Soutenance de thèse

" Ni victimes ni bourreaux " : morale et politique de la violence chez Albert Camus

Résumé

Entre révolutions, guerres et autres formes encore, la question de la violence s’est imposée à Camus comme à une grande partie de ses contemporains, soucieux qu’ils étaient de penser une époque particulièrement marquée par ses conséquences concrètes dans le monde. Notre thèse a voulu montrer comment la manière dont Camus aborde ce problème philosophique s’inscrit pleinement dans son époque, d’autres diront dans son « moment », tout en faisant apparaître une certaine originalité. Le premier signe de cette originalité tient, selon nous, dans la façon dont il a construit cette approche et cherché à représenter la violence dans sa diversité. De la bagarre d’enfants à la réalité crue de la guerre et de la révolution, en passant par le suicide ou encore le meurtre, cette diversité tient autant dans les formes évoquées que dans les acteurs dépeints. De cette diversité, nous avons tenté de réunir et d’analyser ce qui constitue, selon nous, une approche morale et politique de la violence, qui émerge notamment à partir de la Seconde Guerre mondiale et de l’expérience de l’écrivain dans les rangs de la Résistance. Une telle esquisse nous a conduit à écarter d’autres formes d’approche comme celle qui pose la question des sources de la violence en tentant de les expliquer ou encore celle qui veut faire le jour sur le caractère naturel de la violence chez l’être humain. Le deuxième signe concerne le contenu de cette approche et les pistes de réflexions voire de prises de positions qu’il y développe. Soucieux de se concentrer sur ce que fait la violence aux êtres humains plutôt que de tenter d’en saisir l’essence, on pourrait résumer les positions de Camus par la formule que l’on replace au cœur de sa démarche : « Ni victimes ni bourreaux ». Toute sa vie, l’écrivain a maintenu le souci d’une continuité dans ses réflexions et ses positions sur la question, alors même qu’il multipliait les canaux d’expression avec autant de genres littéraires pratiqués. A l’aide de la figure de la spirale de la violence politique, nous avons essayé d’analyser en profondeur les éléments constitutifs de cette approche proposant de limiter la violence plutôt que cherchant à l’éradiquer. Sur ce chemin, nous avons trouvé sa volonté de mettre en avant le dialogue, afin d’incarner cette limite aux actes violents, mais aussi la mise à l’épreuve par l’histoire à travers la décolonisation de l’Algérie, véritablement déchirure dans l’œuvre et l’itinéraire intellectuel de Camus.   Notre réflexion se situe dans une perspective d’histoire intellectuelle, c’est-à-dire en se plaçant au carrefour entre l’histoire, la littérature, la philosophie et la science politique.  Camus était convaincu que sa création devait avoir pour source principale son expérience. À ce titre, nous avons attaché autant d’importance à sa production littéraire et intellectuelle qu’au contexte qui entourait cette dernière, en prenant soin de toujours rattacher les textes aux événements historiques qui leur servaient de décor, mais aussi aux débats intellectuels qui les nourrissaient.

Jury

  • Mme Perrine Simon-Nahum (Directrice de thèse), CNRS
  • Mme Eve Morisi (Co-Directrice), University of Oxford
  • M. Paul Audi, Université Paris Descartes
  • M. Stéphane Audoin-Rouzeau, EHESS
  • Mme Danielle Cohen-Levinas, Université Paris- Sorbonne Paris IV
  • Mme Judith Revel, Université Paris Nanterre
  • M. Philippe Vanney, Université Dokkyo, Japon

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 14 juin 2019 - 13:30
Lieu(x)
  • EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris