Soutenance de thèse

Quand les changements se font attendre : usages et impacts des discours sur le changement climatique à Ma'uke et Manihiki (îles Cook)

Résumé

Cette thèse se propose de comprendre la place qu’occupe le discours scientifique sur le changement  climatique  dans  la  vie  des  gens  d’un  territoire  insulaire  considéré  comme particulièrement  vulnérable  à  ce  sujet  :  les  îles  Cook  dans  le  Pacifique  Sud.  Trop  souvent envisagé dans une perspective universelle, ce discours scientifique est tout sauf socialement neutre,  puisqu’il  s’appuie  sur  des  concepts,  des  représentations  du  monde,  du  temps  et  de  l’espace qui sont propres aux sociétés occidentales. Prenant pour base de réflexion une enquête ethnographique comparative de dix-huit mois menée dans les îles Cook, plus précisément à Ma’uke et à Manihiki entre 2014 et 2018, la présente étude interroge la perception et l’usage que les populations insulaires font de ce discours depuis son émergence au cours de la décennie 2010. Elle prend notamment pour base d’analyse, les collectes de savoirs locaux portant sur l’environnement  menées  par  des  scientifiques  et  des  ONG  environnementales  auprès  des  populations  afin  d’illustrer  la  réalité  du  changement  climatique.  L’un  des  principaux enseignements  de  cette  thèse  est  que  l’usage  du  discours  sur  le  changement  climatique, notamment  durant  ces  collectes,  s’inscrit  dans  des  stratégies  individuelles  et  sociales  qui dépassent le cadre de la problématique environnementale à proprement parler. L’interprétation de la théorie du changement climatique par les habitants des îles, ainsi que les pratiques et les discours  qui  lui  sont  associés,  sont  ainsi  indépendants  des caractéristiques  du  problème climatique. Ils se voient subordonnés aux statuts sociaux des insulaires, définis selon les rôles et les fonctions qu’ils occupent au sein de la communauté. En l’espèce, à défaut de provoquer  une rupture de l’ordre social, la problématique du changement climatique reproduit et même renforce les systèmes de valeurs et de hiérarchies qui préexistaient à son émergence chez les Ma’ukean et les Manihikian. Ce travail montre combien il est nécessaire, pour comprendre les multiples  sens  qu’une  communauté  donne  au  discours  scientifique  sur  le  changement climatique, de mettre au cœur de l’analyse les tensions et dynamiques sociales qui la structurent.

Jury

  • M. Laurent Dousset (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Hélène Artaud, Muséum national d’histoire naturelle de Paris
  • M. Tamatoa Bambridge, CNRS
  • Mme Pascale Bonnemère, CNRS
  • Mme Elsa Faugère, INRAE
  • Mme Elisabeth Worliczek, University of Vienna

Informations pratiques

Date(s)
  • Jeudi 16 décembre 2021 - 09:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.