Soutenance de thèse

De Reims à Varennes : Les langages de l’autorité politique dans la France révolutionnaire

De Roberta Soromenho Nicolete - Centre de recherches historiques - CRH

Résumé

Servant de titre à notre travail, la distance entre Reims, terre de sacre royal, et Varennes, village où Louis XVI et sa famille ont été pris en flagrant délit de fuite, est une métaphore de l’érosion du langage de l’autorité politique (notamment, le droit divin des rois) au cours du XVIIIe siècle et de la concurrence entre les discours de résistance aux autorités traditionnelles et ceux qui proposèrent un nouvel ordre politique sur la base des fondements théoriques et abstraits de la France du dix-septième siècle (le constitutionnalisme, le contractualisme, entre autres discours). Nous mettons en lumière pamphlets, brochures, actes parlementaires et documents administratifs et de gouvernement, écrits à l’occasion du sacre et du procès engendré par la fuite du Roi, ceux-ci n’étant pas à strictement parler, des œuvres classiques de la théorie politique. Toutefois, systématiquement analysées sans omettre de les articuler aux travaux de philosophie politique de l’époque largement connus, de telles sources permettent d’observer la dynamique de l’autorité politique, tout comme les disputes relatives à la définition de la nature et aux limites du (corps) souverain, portées par différents langages politiques de l’histoire. En réalité, dans la présente recherche, l’autorité politique est, pour paraphraser John Pocock, une activité discursivement constituée. Loin d’affirmer que de tels discours auraient été intronisés seulement au moment de la rupture, c’est-à-dire pendant les évènements qui marquèrent la Révolution Française de 1789, dans notre travail nous soutenons qu’au regard des écrits des auteurs analysés, les langages politiques gardent une forte ressemblance avec ceux qui étaient déjà en circulation et avaient pour but de contester l’ordre en vigueur, utilisés au cours des décennies antérieures à la période révolutionnaire, dès l’Ancien Régime. En réalité, notre hypothèse interprétative indique autant les effets de la rupture qu’une certaine continuité des langages dans un contexte particulier de l’histoire.

Jury

  • M. Frédéric Brahami (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Eunice Ostrensky (Directrice de thèse), Universidade de Sao Paulo (Brésil)
  • M. Newton Bignotto, Universidade Federal de Minas Gérais (Brésil)
  • M. Christian Edouard Cyril Lynch, Universidade Estadual do Rio de Janeiro (Brésil)
  • M. Antoine Lilti, EHESS

Informations pratiques

Date(s)
  • Mercredi 27 septembre 2017 - 15:00
Lieu(x)
  • - Université de Sao Paulo - Salao Nobre, Rua do Lago, 717 - Predio da Administraçao da FFLCH - Cidade Universitaria CEP 05508-080 Sao Paulo-SP Brésil. - Une visioconférences est prévue à 15 h (heure française) à l'EHESS (salle BS1_28 / 1er sous-sol), 54 boulevard Raspail 75006 Paris.