Soutenance de thèse

Scrittura, sociabilita e strategie di persuasione : Marie-Anne Paulze-Lavoisier, secrétaire (1758-1836)

De Francesca Antonelli - Centre Alexandre-Koyré - CAK

Résumé

À travers une étude de cas, centrée sur Marie-Anne Paulze-Lavoisier (1758-1836), cette thèse s’intéresse aux pratiques de l’annotation et, plus généralement, à la gestion des informations par le biais de l’écriture pendant une période qui va des années 1770 aux années 1830 environ. Aujourd’hui connue comme épouse et collaboratrice du chimiste français Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794), dont elle aurait promu les théories au travers d’une activité de traductrice et d’illustratrice de textes, Paulze-Lavoisier est ici présentée comme une « secrétaire », c’est-à-dire, selon l’usage qu’elle-même faisait de ce de terme, de figure chargée de mettre à l’écrit des observations de natures différentes. Nous nous intéressons en particulier aux Registres de laboratoire de Lavoisier, 14 cahiers petit in-folio qui contiennent les récits d’expériences menées à Paris entre 1772 et 1788 et qui relèvent de manière significative la main de Paulze-Lavoisier. Jusqu’ici l’objet d’une histoire de la « pensée scientifique », s’intéressant aux « idées » qui y sont contenues, les Registres sont ici relus à la lumière d’une approche « matérielle », attentive aux pratiques et aux conditions de leur compilation et de leur réutilisation au cours du temps. Les fonctions de ces carnets par rapport à la pratique expérimentale sont donc examinées, tout en reconstituant les traits et les évolutions du rôle de secrétaire confié à Paulze-Lavoisier. Le focus sur Paulze-Lavoisier permet d’une part de soulever de nouvelles questions sur le rapport entre la prise de note, le genre et la sociabilité mais aussi, à un autre niveau, sur l’« invisibilité » des assistants. D’autre part, cette approche ouvre une histoire longue des Registres qui depuis les premiers gestes que la secrétaire y opère au début des années 1770 arrive jusqu’aux manipulations auxquelles ces carnets sont soumis, par sa volonté, pendant les premières décennies du XIXe siècle.

Jury

  • Mme Antonella Romano (Directrice de thèse), EHESS
  • M. Marco Beretta (Directeur de thèse), Universita di Bologna
  • Mme Elena Canadelli, Universita di Padova
  • Mme Silvia Sebastiani, EHESS
  • M. Stéphane Van Damme, ENS
  • Mme Brigitte Van Tiggelen, Science History Institute

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 17 mai 2021 - 14:00
Lieu(x)
  • Université de Bologne