Soutenance de thèse

Terra urbana, propriedade e gentrificaçao na periferia : dinâmicas imobiliárias e capitalismo patrimonial no Vetor Norte de Belo Horizonte, Brasil, 1999 a 2019

De Ana Luiza Nabuco Palhano - Mondes américains

Résumé

Cette thèse a un double objectif : vérifier l’existence de processus de gentrification et comprendre la dynamique de la propriété territoriale, dans un scénario périphérique et pauvre, soumis à des investissements publics et privés en Grands Projets Urbains. Il s’agit du « Vecteur Nord de Belo Horizonte » (VNBH). De façon plus précise, nous avons vérifié si et comment ont lieu les processus de gentrification après l’implantation des GPU, promus par le Gouvernement de l’État de Minas Gerais, pour la transformation de cette aire en une nouvelle centralité attractive pour le capital international. Simultanément, nous avons cherché à comprendre de possibles conséquences des GPU dans la dynamique locale de la propriété des terrains non-bâtis. Ce travail utilise, de façon pionnière, des données peu mobilisés dans des recherches académiques, parmi lesquelles des données cadastrales et tributaires municipales – IPTU, ITBI et ISS – et des données notariales. La méthodologie de l’analyse de ces données est également inédite, en partant d’une approche spatiotemporelle, avec de multiples échelles territoriales et combine une recherche quantitative avec des entretiens qualitatifs et des groupes focaux. Les multiples échelles d’analyse se sont révélés être centrales pour la détection de processus de « gentrification par de nouvelles constructions », qui ont lieu dans des vides urbains ou sur l’emplacement d’anciens entrepôts industriels et se concentrent dans des « îles », de petite dimension territoriale. Ainsi, les processus d’urbanisation en « leap frog », caractéristiques de l’occupation de Belo Horizonte dans les dernières décennies, ont créé des espaces futurs pour la gentrification, dans des aires de la ville en cours de valorisation. En d’autres termes, les processus de gentrification par de nouvelles constructions sont associés à des processus contemporains, des stratégies d’entrepreneuriat urbain, mais également à des aspects structurels de la formation de la ville. Aussi, des processus de gentrification résidentielle et commerciale sont observés. Il y a des indices d’expulsion indirecte des anciens habitants, ce qui renforce le caractère lent et restreint, du point de vue territorial, des processus de gentrification, dont l’amplitude future est incertaine. L’analyse de la propriété des terrains non-bâtis dans le VNBH révèle que cette propriété, déjà fortement concentrée avant les GPU, atteint des niveaux extrêmes après les investissements réalisés. Nos résultats soulignent le rôle clé des agents privés, propriétaires majoritaires de la terre, dans la définition de l’usage de la terre urbaine. Les principaux propriétaires privés sont les secteurs de la construction civile, immobilier et financier. Cette concentration foncière de la part du secteur de la construction est liée à des mouvements spéculatifs distincts. L’un dont le format est « traditionnel », caractéristique d’entreprises de construction de taille moyenne, principalement en vigueur avant les GPU et la valorisation immobilière dans le VNBH, désigné de « spéculation passive » ou de « spéculation inductive », selon ses caractéristiques. Il implique d’utiliser la propriété de la terre comme mécanisme qui lui permet de s’approprier d’une partie de la rente foncière, par le biais d’un surprofit. L’autre, caractéristique de la dernière décennie, associé à de grandes entreprises de construction et au processus de financiarisation de la terre, et qui implique la formation croissante de land banks, est nommée pour la recheche « spéculation financière de la terre », étant donné que la propriété de la terre permet le paiement d’intérêts à ces entreprises. Bien que le futur des processus de gentrification soit incertain dans le VNBH, la dynamique patrimoniale de la propriété des terrains non-bâtis, de la part des secteurs de la construction civile, tend à renforcer les processus d’expulsion d’habitants les plus vulnérables, en direction des villes pauvres voisines.

Jury

  • Mme Claudia Damasceno Fonseca (Directrice de thèse), EHESS
  • M. Roberto Luis de Melo Monte-Mor (Directeur de thèse), Universidade Federal de Minas Gerais
  • M. Bernardo Palhares Campolina Diniz, Universidade Federal de Minas Gerais
  • Mme Beatriz Fernandez, EHESS
  • M. Alain Musset, EHESS
  • M. Raquel Rolnik, Universidade de Sao Paulo
  • M. Hervé Théry, CNRS

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 22 janvier 2021 - 13:30
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.