Soutenance de thèse

Vers le non-humain : quelques sujets émergents de l'art récent (1987-2018)

Résumé

Ces dernières années, l'autorité de l'exceptionnalisme humain a de plus en plus été remise en question par un certain nombre d'artistes contemporains. Leurs œuvres non-anthropocentriques reconnaissent le rôle fondamental que jouent les acteurs non-humains dans la production artistique. Pour eux, le non-humain inclut des entités biologiques et non biologiques, corporelles et incorporelles. Cette thèse examine plusieurs pratiques artistiques qui, depuis les années 1990, attirent l'attention sur l’agentivité [agency] non-humaine. À cette fin, elles sont analysées à travers certaines théories interdisciplinaires correspondantes qui se sont développées de manière concomitante. Elles sont en outre comparées à des approches théoriques influentes qui réduisent l’art à des constructions sociales. Cette étude se déploie en trois parties inspirées par la thèse de Donna Haraway sur l’effacement de trois frontières à la fin du XXe siècle : la frontière entre les humains et les animaux, entre les organismes et les machines ainsi qu'entre le matériel et l’immatériel. Avec la dissolution de ces frontières et avec la capacité d’action qui est accordée aux entités non-humaines, le monde de l’art commence à englober des assemblages plus complexes et variés. Par conséquent, cette étude tente de décrire les nouvelles formes et les sens qui en émergent à mesure que des artistes adoptent un point de vue non-anthropocentrique.

Jury

  • M. Eric Michaud (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Vinciane Despret, Université de Liège
  • Mme Catherine Perret, Université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis
  • M. Jean-Marie Schaeffer, EHESS
  • M. Antonio Somaini, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Informations pratiques

Date(s)
  • Mardi 30 octobre 2018 - 14:30
Lieu(x)
  • EHESS (Salle 07_51 / Salle de visioconférence), 54 boulevard Raspail – 75006 Paris