La vie est traversée par le langage. Etude sur l'évolution de l'identité et la configuration de l'écriture dans les romans de Qiu Miaojin.

 

Résumé

Dans cette thèse, j’ai analysé trois textes de Qiu Miaojin : « Les cheveux de Platon », Notes d'un crocodile et La lettre-testament de Montmartre en prenant appui sur la théorie queer et sur la sémanalyse. Ces trois textes évoquent le thème de l’évolution identitaire de lesbiennes, à peu près lors du passage de la répression à la libération des lesbiennes à Taïwan, et ils présentent une série de changements d'identité : d’« homosexuelle », à « camarade » et à « queer ». Cependant ce thème n’est jamais directement évoqué et c’est seulement grâce à la double activité d’écriture de l’auteur que le lecteur en prend conscience : d’une part, l’écriture est un processus particulier de libération de soi-même qui permet aux lesbiennes d’inventer leur propre identité ; d’autre part, le caractère formel de l’écriture rend fictif ce qui est écrit comme une perte ou une absence de sens propre. C’est bien cette double activité d’écriture qui crée l’originalité de l’œuvre de Qiu Miaojin et de plus, grâce aux processus de changement et de transformation dans les textes, les expériences personnelles de l’auteur ne sont pas directement représentées mais ne constituent qu’un objet littéraire qui exprime en fait les relations les plus fondamentales entre la littérature et le langage et ceci révèle la puissance d’expression du langage.

Jury

  • Alain Peyraube, (directeur de thèse), EHESS
  • Redouane Djamouri, CNRS
  • Sandra Laugier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Dan Xu, Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 15 avril 2016 - 13:30
Lieu(x)
  • EHESS (salle du Conseil A) - 190-198 avenue de France, 75013 Paris