Call for applications EHESS Summer School 2023 / Appel à candidatures L'École d'été de l'EHSS 2023 au Campus Condorcet Paris-Aubervilliers

English versionVersion française 

Relying on its resolutely international dimension, EHESS organizes its second Summer School edition on the Campus Condorcet Paris-Aubervilliers. It will be held from 3 to 7 July 2023, is destined to international students and will explore the theme « Mapping violences ».  

Registration will be open from 1 February to 14 April 2023.

The EHESS Summer School on Campus Condorcet Paris-Aubervilliers is meant to be an international event gathering all institutions present on this new European research campus in the humanities and social sciences. This EHESS initiative is, pedagogically and scientifically supervised by a committee of scholars from several member institutions located on the Campus.

 

The theme of the 2023 edition: "Mapping violences"

The Summer School programme will the commitments of EHESS since its foundation: critical thinking, inter-disciplinarity and inter-institutionality.

By crossing different disciplinary, thematic and cultural approaches, the aim is to endeavor to map violence, to study practices, situations, experiences of violence and their arrangement in topographic, social and mental spaces. The objective is to favour the dialogue between different perspectives of research on violence and more particularly on extreme violence. Be it political violence, state violence, wars, guerrilla wars, revolutions, oppression, massacres, and domestic violence, since it is often -in these contexts- amplified, will also be broached. How are we to observe, define and analyse these violent phenomena? What are the methodological, epistemological and ethical questions specific to these particularly sensitive and fluid objects? 

 

A pluri- and interdisciplinary, critical, prospective and cartographic programme

With most of the disciplines taught at EHESS mobilized, ie. history, sociology, anthropology, law, political studies, geography and archaeology, policies, organizations, territories, methods and resources, agents (perpetrators and victims), consequences, criminal prosecutions, and even social, political and judicial restoration will be thoroughly investigated. The place of actors, humanitarians, journalists, pundits, will also be considered in order to comprehend the distant effects, notably the media coverage and the circulation of images beyond the borders of the conflicts under scrutiny.

The Summer School will be organized around 10 thematic workshops where the students will have the opportunity to present their research and where they will be dicused along three transversal axes :

  • Methods and tools: How to investigate, find sources, search for witnesses, collect traces, even evidence. How to objectify and describe violent phenomena?
  • Analytical perspectives : From the macro perspective of historical, political, economic, regional and international conditions to the micro description of the various agents’ daily lives, the variety of sets of research scales, the situations, the individual and collective trajectories, the phenomena of representation, transmission and memory of violence will serve as the canva for the discussions.
  • Ethical issues : What place should researchers occupy in a field plagued by violence ? From research to testimony, through the questioning of responsibilities, what is the place of participatory ethnography in such fields?

This summer school is conceived as a space for collective interdisciplinary discussion and aims to offer conceptual and methodological tools as well as spaces for scientific sociability. Its participants are invited to join the RICEVE network, which gathers together social science scholars confronted with different forms of extreme violence in their field or in their research. This summer school is intended to be open to actors on the bangs of the academic world, post-doctoral fellows or non-academic researchers.

Detailed programme soon to be released.

 

Apply to Summer School

This summer school is mainly aimed at international master’s and doctoral students enrolled in an academic program abroad. It is an event with a registration fee, to be paid by the participants. Nevertheless, all students enrolled in the summer school will be able to benefit from a mobility grant to cover almost all of their travel expenses. Participants should ideally be fluent in English and French.

Enrolment will be open from 1 February to 14 April 2023.

Number of registrations limited.

The scientific committee, in charge of organising the Summer School event and gathering researchers from EHESS but also from other institutions located on Campus Condorcet, will review and select the applications.

 

Scientific committee

  • Richard Rechtman (EHESS, Cespra)
  • Cécile Boëx (EHESS, Césor)
  • Leopoldo Iribarren (EHESS, Vice-President International, Anhima)
  • Christian Ingrao (EHESS, Cespra)
  • Masha Cerovic (EHESS, Cespra)
  • Cloé Drieu (EHESS, Cetobac)
  • Damien Marguet (Paris 8, ESTCA)
  • Marielle Morin (GIS Asie, GIS Etudes africaines, GIS MOMM)
  • Déborah Puccio Den (EHESS, LAP - LAIOS)

[Version française]

Dotée d’une forte dimension internationale, l’EHESS lance sa deuxième École d’été au Campus Condorcet Paris-Aubervilliers, sur le thème « Cartographier les violences », du 3 au 7 juillet 2023, à destination des étudiants internationaux.

Les inscriptions sont ouvertes du 1er février au 14 avril 2023.

L’École d’été de l’EHESS au Campus Condorcet est un événement international fédérateur de ce nouveau campus européen de recherche en sciences humaines et sociales. Cette initiative de l’EHESS est pilotée pédagogiquement et scientifiquement par un comité composé d’enseignants-chercheurs issus d’institutions membres du Campus Condorcet.

Le thème de l’édition 2023 : « Cartographier les violences »

La programmation de l’École d’été se veut, à l’image de l’identité et de l’activité de l’École : critique, prospective, interdisciplinaire et interinstitutionnelle.

En croisant différentes approches disciplinaires, thématiques et d’aires culturelles on cherchera à cartographier la violence, à étudier les pratiques, les situations, les expériences de violence et leur agencement dans les espaces topographiques, sociaux et mentaux. L'objectif est de mettre en dialogue différentes perspectives de recherches sur les violences et plus particulièrement sur les violences extrêmes. Qu’il s’agisse de violences politiques, d’État, de guerres, de guérillas, de révolutions, d’oppression, de massacres, sans oublier pour autant dans ces contextes les violences domestiques qui très souvent s’amplifient alors. Comment observer, définir, analyser ces phénomènes violents ? Quelles sont les questions méthodologiques, épistémologiques et éthiques spécifiques à ces objets particulièrement sensibles et mouvants 

Une programmation pluri- et interdisciplinaire, critique, prospective et cartographique

Convoquant la plupart des disciplines représentées à l’EHESS :  l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, le droit, les études politiques, la géographie et l’archéologie, il s’agira de questionner les politiques, les organisations, les territoires, les méthodes et les moyens, les agents (perpetrators et victimes), les conséquences, les poursuites pénales, jusqu’aux restaurations sociales, politiques et judiciaires. La place des acteurs, humanitaires, journalistes, commentateurs, sera également appréhendée pour saisir les effets distants, notamment la couverture médiatique et la diffusion des images au-delà des frontières des conflits étudiés. 

L’École s'organisera autour de 10 ateliers thématiques au cours desquels les travaux des étudiants seront également présentés et discutés en suivant trois axes transversaux :

  • Méthodes et outils : comment enquêter, trouver les sources, rechercher les témoins, collecter les traces, voire les preuves. Comment objectiver et décrire les phénomènes violents ? 
  • Perspectives analytiques : de la mise en évidence macro des conditions historiques, politiques, économiques, régionales et internationales à la description micro du quotidien de la vie des différents acteurs, les multiples jeux d’échelles de la recherche, les situations, les trajectoires individuelles et collectives, les phénomènes de représentation, de transmission et de mémoire des violences serviront de trame à la discussion.
  • Questions éthiques : quelle place pour les chercheuses et les chercheurs sur des terrains où les violences s’exercent ? De la recherche au témoignage en passant par la mise en cause des responsabilités. Quelle place pour l’ethnographie participante sur de tels terrains ?

Cette école d’été se conçoit comme un espace de discussion interdisciplinaire collective et a pour ambition de proposer des instruments conceptuels et méthodologiques ainsi que des espaces de sociabilité scientifique. Ses participants sont vivement invités à rejoindre le réseau RICEVE, lequel rassemble les chercheuses et chercheurs en sciences sociales confrontés aux différentes formes de violence extrême sur leur terrain ou dans leurs recherches. Cette école d’été a vocation à s’ouvrir à des acteurs en marge des mondes académiques, post-doctorants ou chercheurs non universitaires.

Candidater à l’École d’été

 

Cette école d’été est un événement qui s’adresse à des étudiants internationaux, masterants et doctorants, inscrits dans un cursus académique à l’étranger. Il s’agit d’une manifestation comportant des frais d’inscription, à la charge des participants. Néanmoins, l'ensemble des étudiants inscrits à l'école d'été pourront bénéficier d'une aide à la mobilité permettant de couvrir la quasi-totalité de leur frais de déplacement. Les participants devront idéalement être bilingue anglais-français.

Les inscriptions sont ouvertes du 1er février au 14 avril 2023.

Le nombre de places est limité.

Un comité scientifique-pédagogique en charge de cette École d’été inédite, composé de membres issus de l’EHESS mais aussi d’autres institutions qui composent le Campus Condorcet, est formé pour étudier les dossiers de candidature.

Comité scientifique

  • Richard Rechtman (EHESS, Cespra)
  • Cécile Boëx (EHESS, Césor)
  • Leopoldo Iribarren (EHESS, vice-président International, Anhima)
  • Christian Ingrao (EHESS, Cespra)
  • Masha Cerovic (EHESS, Cespra)
  • Cloé Drieu (EHESS, Cetobac)
  • Damien Marguet (Paris 8, ESTCA)
  • Marielle Morin (GIS Asie, GIS Etudes africaines, GIS MOMM)
  • Déborah Puccio Den (EHESS, LAP - LAIOS)