Partenariat de l'EHESS avec le théâtre La Commune

L’EHESS et La Commune se réunissent cet été 2021 pour contribuer au renforcement des liens qui les unissent et développer les ponts entre théâtre et sciences sociales. L’objectif est de mettre en partage des pratiques artistiques et de recherche autour d’œuvres contemporaines et engagées, de favoriser le développement de l’imaginaire et l’émancipation des publics.

 

Bords de plateau

Vous pourrez assister à des discussions entre artistes et chercheurs et chercheuses à l’issue de certaines représentations.

  • Acteurs !, de Däper Dutto. Bord de plateau avec Esteban Buch (Cral - EHESS)

Esteban Buch est spécialiste des rapports entre musique et politique.

Qu’est-ce que jouer ? Voir et être vu ? Metteur en scène et comédiens proposent une traversée pleine d’humour et de sensibilité des grands textes du répertoire, et de la mémoire des comédiens et comédiennes et de leurs expériences de plateau.

Date : le 19 juin 2021

 

Loïc Marcou est historien, Loic Marcou est historien, membre associé du Cetobac; il travaille sur les représentations de la Shoah dans la littérature néo-hellénique, de 1945 à nos jours.sur les représentations de la Shoah dans la littérature néo-hellénique, de 1945 à nos jours. 

C’était un samedi, en 1944, dans la ville grecque d’Ioannina. L’une des plus anciennes communautés juives du continent européen – ni ashkénaze, ni séfarade, mais romaniote – fut massivement déportée par la Wehrmacht dans le camp d’Auschwitz.

Date : le 25 juin 2021

 

Ce solo, réalisé pour Elisabeth Schwartz, allie connaissance et expérience émancipatrices de la danse contemporaine. En convoquant de manière inédite la figure de l’immense chorégraphe disparue Isadora Duncan, Jérôme Bel s’adosse au savoir de son héritière, Elisabeth Schwartz, elle-même danseuse, pédagogue et spécialiste de la « danse libre » initiée par Duncan.

Date et lieu : le 29 juin 2021 sur les pelouses à côté du GED, Campus Condorcet, Aubervilliers

 

Cleo Carastro est helléniste et anthropologue en religion et histoire culturelle de la Grèce ancienne.

La Naissance de la tragédie nous fait remonter dans le temps, en -472 à Athènes, sur les flancs de l’acropole. Entre conférence et performance, le spectacle explore avec beaucoup de rigueur, d’humour et de sensibilité les traces archéologiques et littéraires qui nous restent de cette représentation.

Date et lieu : le 29 juin 2021 sur les pelouses à côté du GED, Campus Condorcet, Aubervilliers

 

Elsa de Smet travaille sur la culture visuelle, l’histoire, le pouvoir des images et l'astronomie populaire.

Une astrophysicienne qui travaille sur l’espace-temps et un peintre qui explore des mondes parallèles se rencontrent dans l’immensité de l’univers, défiant les lois de distances et de durée.

Date : le 9 juillet 2021
 

Le Festival des langues

L’EHESS et La Commune s’associent également dans le cadre d’un temps fort autour de la question du multilinguisme dans la ville mêlant ateliers, performances et projections, en partenariat avec notamment les Villes des musiques du Monde, le Collectif Transmission et l'École des Actes. 

Date : le 26 juin 2021 - 14:00 - 21:00

Lieu : Villes des musiques du Monde, Aubervilliers

 

Programme

14:00 : 93 Super Rai Band, fanfare déambulatoire de l’École des Actes au Fort, avec un répertoire multilingue en partenariat avec Villes des Musiques du Monde. 

14:30 - 16:30 : plusieurs ateliers en parallèle, pour des publics divers :

  • « Un trou dans la langue » animé par Fatma Cheffi, artiste du New Deal de La Commune

Sur la créativité linguistique dans la chanson et notamment le rap, à travers une exploration des onomatopées, de leur implantation et de leur parcours géographique. En résonance avec son projet de livre Langue Distance Relationship en collaboration avec l'École des Actes, Fatma Cheffi propose un moment d’échange et d’expérimentations autour des procédés de cryptage, de parasitage et de contournement du sens dans différentes langues. À partir de médiums simples et en s’inspirant des mots du rap français, les participants et participantes fabriqueront des outils qui aideront à briser nos préjugés linguistiques. Pour les 10-18 ans.

  • « C’est celui qui l’dit qui l’est » animé par Transmission, école libre de la narration radiophonique avec Florian Targa (Transmission) et Michele Leclerc-Olive (EHESS)

L'atelier cherchera à jouer à chercher les mots qui définissent la jeunesse de banlieue aujourd’hui : les mots que les jeunes emploient, inventent ou entendent pour parler d’eux, que ces mots soient en français, en argot, en verlan, dans leurs langues maternelles, dans les langues apprises à l’école ou celles parlées autour d’eux ; qu’ils les aiment ou les rejettent, se les approprient ou les transforment. L’atelier se présentera donc sous la forme d’une joute verbale, enregistrée comme une émission radio. Le groupe discutera sur le choix des mots utilisés pour parler d’eux, de leur identité de genre et/ou de leur culture banlieusarde. Pour les 15-25 ans.

  • « Passement de langues », animé par Florian Targa, cofondateur de CAFE, une revue consacrée aux littératures minorées très étrangères, enpartenariat avec le laboratoire ARTESS de l’EHESS

On traduit tous un petit peu sans le savoir ! Alors pour découvrir le travail de passeur des traducteurs littéraires, un travail qui nous concerne tous, rien de tel que la pratique ! Un atelier pour lire entre les lignes et écrire entre les langues, jouer avec les mots, découvrir qu’on peut traduire sans mots, et ajouter une touche de hasard et une nuit aux... Mille et Une Nuits. Atelier tout public.

  • Un atelier avec le conteur Pépito Matéo sur les expressions toutes faites, pour les enfants.

17:00 : projection de la pièce d’actualité La Petite Espagne de Maguy Marin, avec une mise en perspective de Pierre-Antoine Fabre (Césor - EHESS). C’est l’histoire de la classe ouvrière à Aubervilliers. C’est l’histoire des ouvriers espagnols et avec eux, c’est l’histoire des grandes idées du XXème siècle, la justice, l’émancipation, la dignité du travail, et, aussi, l’idée d’un peuple. Et c’est un lieu. « El Hogar de los Españoles », dans le quartier de la Petite Espagne. Dans les années 30, des ouvriers cotisent et se donnent un lieu : une église, un dispensaire et un théâtre. Et tout ça, aujourd’hui encore, pour nous ; un vieux théâtre désaffecté pour nos questions. Que sont devenus les enfants de la Petite Espagne ? Qu’est devenue la vie pour les vieux ouvriers et pour leurs petits-enfants ?

19:00 : représentation de La Naissance de la Tragédie de Maxime Kurvers (en plus de celle organisée le 27 juin à l’Ecole des Actes).

En parallèle, il est possible de visiter l'exposition de Fatma Cheffi « Langue Distance Relationship », en partie inspirée d’ateliers qu’elle a mené toute l’année sur Aubervilliers avec des jeunes issus de différentes diasporas.

 

Pour en savoir plus

L'ensemble des animations de l'été à La Commune
Pour le festival des langues, temps fort autour des langues